La métropole du Grand Paris, trois questions à Jean-Marc Nicolle, maire du Kremlin-Bicêtre

Qu’est ce que la métropole du Grand Paris ?

Jean-Marc Nicolle : La métropole du Grand Paris c’est en fait un terme qui recouvre trois réalités différentes. La première chose c’est que c’est un espace géographique et humain qui regroupe près de 12 millions d’habitants et qui couvre, grosso modo, le territoire de la région Île-de-France. La deuxième réalité c’est un projet, ou plutôt plusieurs projets. Projets aménagement, projets de transport avec le nouveau réseau du Grand Paris Express, mais aussi des projets de Contrats de développements territoriaux (CDT) qui sont portés par les collectivités d’Île-de-France. Le tout étant fédéré et regroupé dans un document qui a été adopté par le Conseil régional, qui est le chemin directeur de la région Île-de-France. La troisième réalité, c’est une évolution institutionnelle qui se profile à horizon. C’est la transformation de l’organisation du territoire et de la gouvernance dans un certain nombre de domaines.

Dans le débat actuel, deux projets s’affrontent : Métropole intégrée ou Métropole confédérée. Quel est le principal point de désaccord ?

Jean-Marc Nicolle : Sur ce volet institutionnel, il faut voir qu’il y a deux grandes philosophies qui s’opposent. La première, que l’on peut qualifier de la mise en place d’une métropole confédérée, s’appuie sur le mouvement de création d’intercommunalité qui a vu son essor depuis une quinzaine d’année. Il y a 30 ans, loi de décentralisation, il y a 15 ans regroupement des collectivités locales en intercommunalités. Il y a une dynamique qui existe et l’idée qui est portée par les tenants de cette organisation d’une métropole confédérée, c’est de appuyer sur l’intercommunalité, de la boucler et de fédérer ces intercommunalités dans une métropole qui s’occuperait de certaines compétences qui posent le plus de problèmes : l’aménagement, le logement, etc.

La deuxième philosophie c’est ceux qui défendent une autre vision : une métropole intégrée qui partirait cette fois-ci d’en haut avec, dans un premier temps, regroupement obligatoire de toutes les communes qui sont à l’intérieur de Paris et de la petite couronne pour constituer une métropole qui aurait des pouvoirs plus forts dès le début.

Derrière ces questions techniques, philosophiques, il y a en fait deux questions qui sont profondément débattues aujourd’hui. Il y a une enjeu très important, à savoir qui contrôle la centralisation des ressources. Dans le cadre de la métropole confédérée ce sont les EPCI, les intercommunalités. Dans le cadre de la métropole intégrée, tout l’argent remonte à la métropole.

Qu’elles sont les prochaines étapes, avant la mise en place de la Métropole du Grand Paris ?

Jean-Marc Nicolle : Toutes les étapes sont définies dans le projet de schéma directeur de la région Ile-de-France. 200 km de métro entièrement automatique seront construits, ainsi que 68 gares et 5 lignes. La ligne 14 sera prolongée et reliera Saint-Denis Pleyel à l’aéroport d’Orly sur un axe Nord-Sud ; la ligne 15 ligne circulaire sera proche de Paris et sera la ligne principale du réseau ; la ligne 16, plus éloignée, reliera Saint-Denis Pleyel à Noisy-Champs ; la ligne 17 reliera Saint-Denis Pleyel à l’aéroport de Roisy avec un tront commun avec la ligne 16 ; la ligne 18 reliera Orly à Versailles, via Saclay. Ce projet comprend aussi un prolongement de la ligne 11 de Rosny-Bois-Perret à Noisy Champs.

Votez maintenant

Joseph

Adepte des jeux télévisés, je ne peux m'empêcher de suivre et commenter les plus grands moments de la TV ! C'est pour partager ma passion que je retrouve sur Interieurs.fr tous les jours. Ma spécialité : jouer de la devinette sur les 12 coups de midi. Plutôt matinal, j'évite de trop regarder la TV après 23h
Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *